A PROPOS LE LOTUS BLANC CONTACT English Flag Jap Flag French Flag

CENTRE CULTUREL BOUDDHISTE
JODO-SHINSHU HARRY PIEPER

CENTRE CULTUREL BOUDDHISTE
JODO-SHINSHU HARRY PIEPER


Brochure #08 au format PDF 1.0 Mb



Le Diamant de la
Parfaite Sagesse

Feuille du Centre Culturel Bouddhiste Jôdo-Shinsû Harry Pieper de Montpreveyres, CP 29, 1018 Lausanne.

La sinistre comédie
Lorsque la société contemporaine mondialisée s’exhibe dans un état analogue à la société antique agonisante, en mode démesuré.

L’Enfer : pose du diagnostic. Il aura fallu attendre les événements récents, encore plus grotesques que tristes, malheureusement, pour que quelques voix discordantes s’élèvent enfin au sein des cercles pseudo-politiques, pseudo-scientifiques, pseudo-philosophiques, journalistiques, dont la « vocation » consiste à orienter l’opinion publique dans la voie exclusive du Progrès, un progrès dont ces cercles laudateurs auront de sérieuses difficultés à cacher plus longtemps le caractère chimérique, mensonger, à des populations qui pourtant, sur ce sujet, sont non seulement particulièrement ignorantes mais singulièrement crédules.

Sous le régime de Vichy, la sphère journalistique s’empressait de diffuser la propagande d’Etat faisant part du caractère inévitable, de la nécessité bien comprise, d’une collaboration économique avec le vainqueur, une collaboration qui en voilait une autre, difficilement présentable. En ces temps troublés, comme toujours lorsqu’une société se trouve en état de décomposition avancée, seuls des individus extrêmement corrompus s’évertuaient à obtenir le pouvoir, et, en raison de ce trait de caractère fort peu enviable, ne craignant pas de se montrer prêts aux pires exigences de la collaboration pour atteindre leur but, « méritaient » finalement de l’obtenir - abstraction faite de quelques personnes providentielles, très rares et précieuses, possédant un sens aigu du service à autrui allant jusqu’au sacrifice de soi.

Dans un contexte analogue, actuellement, les médias à l’unisson diffusent une propagande éhontée pour vendre à la population, à un prix qui s’avérera très vite exorbitant, des mesures qui ne viseraient qu’à la préservation de la santé publique, si l’on en croit ceux à qui elles profitent.

Or, ne tendrait-on même que très épisodiquement l’oreille aux « bruits du siècle », comment ne pas s’apercevoir qu’en réaction contre une remise en question jugée illégitime des libertés publiques, se propage dans la société une rumeur évoquant l’instauration d’une dictature sanitaire ?

Mais dans la situation actuelle, il serait juste et très profitable de parler de tyrannie. En effet, souvenons-nous que la société romaine, que la nôtre prolonge sur bien des plans, abhorrait à tel point la tyrannie que pour empêcher sa survenue elle était en droit de recourir à la dictature.

Au vu du parti pris constant en faveur des pires exigences émanant de puissances criminelles dont fait preuve la classe politique actuelle, qui oserait décemment soutenir l’idée qu’en s’ingéniant à imposer avec une telle outrance à chaque membre de notre société des contraintes d’un genre inédit : grotesque, humiliant, calamiteux, cette classe se vouerait en réalité, et contre toute apparence, à nous prémunir contre l’émergence de la pire tyrannie que l’on puisse concevoir : le trans(infra)humanisme, le stade ultime de la modernité, son aboutissement nécessaire ?


1 2 3 4 5 6 7 8