A PROPOS LE LOTUS BLANC CONTACT English Flag Jap Flag French Flag

CENTRE CULTUREL BOUDDHISTE
JODO-SHINSHU HARRY PIEPER

CENTRE CULTUREL BOUDDHISTE
JODO-SHINSHU HARRY PIEPER


Brochure #06 au format PDF 169.0 Ko



Le Diamant de la
Parfaite Sagesse

Feuille du Centre Culturel Bouddhiste Jôdo-Shinsû Harry Pieper de Montpreveyres, CP 29, 1018 Lausanne.


Questions-réponses à propos de cet acte de présence dans la rue.


Révérend, pourquoi présentez-vous le Bouddhisme, en l’occurrence la Véritable Ecole de la Terre Pure (japonais : Jôdo-Shinshû), dans la rue ?

Ce n’était pas ma première intention. J’ai tout d’abord fondé un temple, le Centre Culturel Bouddhiste Jôdo-Shinshû Harry Pieper, dans la commune de Montpreveyres, sur les hauteurs de Lausanne. Je pense en effet qu’un temple est un lieu parfaitement adapté pour délivrer un enseignement spirituel. Malheureusement, le Centre fut démantelé, et d’une façon singulière car l’Etat de Vaud y concourut de manière déterminante, c’est pourquoi je poursuis dorénavant ma démarche dans la rue.

Voulez-vous dire que l’Etat de Vaud est impliqué dans le démantèlement du temple bouddhiste que vous avez fondé ?

C’est cela, et d’une manière inqualifiable. Toutefois, je ne me risquerai pas à présenter ici les détails de cette affaire affligeante, afin que l’on ne puisse pas me poursuive en justice pour diffamation, ce qui s’est produit à plusieurs reprises, comble d’ironie.

Voulez-vous dire que de nos jours, au centre de l’Europe, un Etat peut démanteler un mouvement spirituel au gré de ses intérêts en toute impunité ?

Oui, dans le canton de Vaud, de toute évidence.

Pouvez-vous tout de même en dire plus ?

Cette affaire est dans l’air du temps. Il suffit d’observer quelque peu la société qui nous entoure pour s’en convaincre. Chacun sait qu’en Europe, depuis un siècle, les lieux de culte chrétien n’ont cessé de se vider, ce qui n’est pas une situation banale, c’est le moins qu’on puisse dire ! Ce phénomène n’est certainement pas le résultat d’une évolution spontanée des mentalités et des structures sociales. En effet, derrière ce mouvement de désertion des lieux de culte par les fidèles – un phénomène parmi tant d’autres de même nature –, on discerne l’influence de la politique de laïcisation systématique de la société que les Etats modernes ont élaborée et conduite sur une longue période et à l’échelle mondiale en recourant de façon constante à leurs institutions, réseaux et autres relais. Toutes les voies spirituelles et les religions exhortent leurs pratiquants à s’affranchir des contraintes du siècle, à se détacher des liens de ce monde vu comme une prison, une demeure enflammée, afin d’atteindre leur but transcendant conçu comme l’unique dimension de liberté véritable, parfaite, définitive. Il tombe sous le sens qu’une telle vision de l’existence ne coïncide pas du tout avec les intérêts d’une classe politique impliquée plus que jamais dans les affaires, à une époque où la dimension économique - plutôt que de dimension économique, il s’agit de chrématistique, au sens où l’entendait Aristote -, en l’emportant sur toutes autres considérations, met en évidence l’hégémonie qu’une certaine classe bourgeoise exerce sur « la société de masse », des populations méthodiquement agitées, épuisées, aliénées, subverties, afin de pouvoir les contrôler.

Lorsqu’une société se retrouve dans une telle situation, on sait qu’une prise de conscience tend à se produire dans la population. Elle n’est autre que le réveil de l’homme ordinaire réalisant qu’il lui est nécessaire de sauver l’essentiel en abandonnant l’accessoire.


1 2 3 4